Accueil / Nos activités / Airsoft / Législation airsoft

Législation airsoft

voici une présentation sur la règlementation de l'airsoft 

en bref:



Législation AIRSOFT :

 - Les répliques AIRSOFT inférieures à 0.09 joules sont considérées comme des jouets.
La vente et l'utilisation est autorisée à tous.
 
- Les répliques AIRSOFT entre 0.09 et 2 joules ne sont pas considérées comme des armes au sens de la législation française.
La vente ou le prêt sont interdits aux mineurs.

- Les répliques AIRSOFT entre 2 et 20 joules, électrique, à gaz ou air comprimé, sont des ARMES EN VENTE LIBRE NON-SOUMISES à déclaration (CATEGORIE D). 

Comme toutes armes, la vente directe est interdite aux mineurs, mais l'acquisition peut être faite par la personne qui exerce l'autorité parentale sur présentation d'une licence au nom du mineur en cours de validité d'une fédération sportive agréée. 
Les répliques AIRSOFT entre 2 et 20 joules, électrique, à gaz ou air comprimé, ainsi que leurs munitions peuvent être utilisées par les mineurs à partir de douze ans, uniquement s'ils y sont autorisés par la personne exerçant l'autorité parentale.
 



https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000209748



Décret n°99-240 du 24 mars 1999 relatif aux conditions de commercialisation de certains objets ayant l'apparence d'une arme à feu 

NOR: ECOA9850001D 
Version consolidée au 20 décembre 2017 

Le Premier ministre,

 

Sur le rapport du garde des sceaux, ministre de la justice, du ministre de l'intérieur, du ministre de la défense et du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie,

 

Vu la directive 98/34/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 juin 1998 prévoyant des normes et des règles techniques, et la lettre parvenue le 28 mai 1997 à la Commission des Communautés européennes par laquelle le Gouvernement français a saisi ladite commission ;

 

Vu le code pénal, notamment ses articles 121-2, 131-41 et R. 610-1 ;

 

Vu le code de la consommation, et notamment son article L. 221-3 ;

 

Vu l'avis de la commission de la sécurité des consommateurs en date du 2 juillet 1997 ;

 

Le Conseil d'Etat (section des finances) entendu,

 

L'offre, la mise en vente, la vente, la distribution à titre gratuit ou la mise à disposition à titre onéreux ou gratuit des objets neufs ou d'occasion ayant l'apparence d'une arme à feu, destinés à lancer des projectiles rigides, lorsqu'ils développent à la bouche une énergie supérieure à 0,08 joule et inférieure ou égale à 2 joules, sont réglementées dans les conditions définies par le présent décret.

 

 

La vente, la distribution à titre gratuit à des mineurs ou la mise à leur disposition à titre onéreux ou gratuit des produits visés à l'article 1er du présent décret sont interdites.

 

 

L'indication de l'énergie exprimée en joules développée par les produits visés à l'article 1er du présent décret doit figurer à la fois sur le produit, sur son emballage et sur la notice d'emploi obligatoirement jointe.

 

 

L'emballage ainsi que la notice d'emploi des produits visés à l'article 1er du présent décret doivent indiquer, en caractères lisibles, visibles et indélébiles, les deux mentions : Distribution interdite aux mineurs et Attention : ne jamais diriger le tir vers une personne.

 

 

Est puni de la peine d'amende prévue pour les contraventions de la 5e classe :

 

1° Le fait de vendre, de distribuer à titre gratuit à des mineurs, de mettre à leur disposition à titre gratuit ou onéreux les produits visés à l'article 1er du présent décret ;

 

2° Le fait d'offrir à la vente, de mettre en vente, de vendre, de distribuer à titre gratuit, de mettre à disposition à titre gratuit ou onéreux les produits visés à l'article 1er du présent décret en méconnaissant les dispositions des articles 3 et 4 du présent décret.

 

En cas de récidive, la peine d'amende prévue pour la récidive de la contravention de 5e classe est applicable.

 

Les personnes morales peuvent être déclarées pénalement responsables, dans les conditions prévues à l'article 121-2 du code pénal, des infractions définies au présent article ; elles encourent la peine d'amende selon les modalités prévues à l'article 131-41 du même code.

 

Article 6

Le garde des sceaux, ministre de la justice, le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, le ministre de la défense, la secrétaire d'Etat aux petites et moyennes entreprises, au commerce et à l'artisanat et le secrétaire d'Etat à l'industrie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Contactez-nous

Les champs indiqués par un asterisque (*) sont obligatoires